Dimanche 22 octobre 2017, 19:09:57
Dimanche 22 octobre 2017, 19:09:57
Dimanche 22 octobre 2017, 19:09:57

La mise en place des comités aéroportuaires : encore une exigence réglementaire de l'OACI respectée.

Le comité de sûreté et de facilitation d'aéroport (CSA) et le comité opérationnel de sûreté et de facilitation d'aéroport (COSA) sont deux comités dont la mise en place est exigée par l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI). Après l'institution de l' l'Autorité de Sûreté de l’Aéroport International Gnassingbé Eyadéma (ASAIGE) pour répondre à la norme de lOACI, voilà une autre exigence qui vient d'être respectée par l'Etat togolais dans le but de mettre l'aéroport de Lomé aux normes internationales.


En effet, à l'instar du Comité  National  de  Sûreté  et  de Facilitation de l’Aviation Civile créé au plan national  sur l’initiative  du  ministre  chargé  de  l’aviation  civile, il  est  créé au plan local (aéroportuaire) deux organes de coordination pour répondre à l'exigence de l'OACI. Ces deux organes ont été créés pour le premier par arrêté n° 018/MTPT/CAB/ASAIGE du 27 novembre 2013 et pour le second par décision N°57/13/ANAC-TOGO du 28 novembre 2013.
La présente rencontre qui a eu lieu ce jeudi 28 août 2014 à 08h 00 dans la salle de réunion du restaurant Nangbéto de l'aéroport, a été organisée pour marquer le démarrage effectif des activités des membres desdits comités.


Il faut souligner que dans leurs différentes interventions, le président de ces deux organes, les autorités de tutelle et les responsables des structures partenaires de l'ASAIGE présents à cette cérémonie, ont invité tous les membres du CSA et du COSA une application rigoureuse des textes qui régissent l'aviation civile pour contribuer efficacement à relever le niveau de la qualité de la sûreté sur l'aéroport de Lomé, gage du développement des activités aéronautiques.
La réussite de leurs missions passant également par la recherche continue de l'équilibre entre les exigences de la sûreté et les besoins de la facilitation, il leur a été demandé de toujours examiner tous les sujets de la sûreté et de la facilitation à la lumière des normes et recommandations internationales et en tenant compte des spécificités de l'aéroport de Lomé.


Leur rentrée inaugurale ayant eu lieu, nous souhaitons bon travail et bon courage à tous les membres de ces organes pour relever ensemble les défis de la sûreté !
A tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre des mesures de sûreté à l'AIGE et à tous les usagers dudit aéroport, , il est demandé de respecter les règles qui y sont établies pour la sécurité de tout un chacun. Car la sûreté est l'affaire de tout le monde!!!

ZOOM SUR LA MISSION ET L'ORGANISATION DES DEUX ORGANES

1- Le comité de sûreté et de facilitation d'aéroport (CSA)


Ce comité est chargé de veiller à l’efficacité continue des mesures de sûreté d’aéroport, en se fondant sur les analyses des évaluations de la menace, des événements récents et des résultats des contrôles de la qualité. Il est un organe de conseil et d'appui à l'Autorité de Sûreté pour la mise en œuvre et la coordination de la mise en œuvre des mesures de sûreté à l'AIGE. A ce titre, il a pour missions, entre autres, de veiller :

  • à la mise en œuvre du Programme National de Sûreté de l'Aviation Civile et du Programme de Sûreté d'Aéroport à l'AIGE;
  • à ce que les mesures et les procédures de sûreté en vigueur puissent répondre de façon adéquate aux menaces et à ce qu'elles fassent l'objet d'évaluation constante afin de couvrir les situations normales aussi bien que les situations d'urgence durant les périodes de sûreté renforcée et en cas d'urgence.


Outre l'ASAIGE, le CSA est composé de :

  • la SALT, de l'ASECNA, des exploitants d’aéronefs (compagnies aériennes), des sociétés d'assistance au sol, des transitaires, des locataires et des services pétroliers qui sont tous tenus d'élaborer, de mettre en œuvre et tenir à jour un programme de sûreté permettant de satisfaire les exigences du  PNSAC et du PSA, des bases militaires, de l'ANAC-TOGO,
  • Les autres services de l'Etat dans l’exercice de leur mission à l'aéroport, doivent prêter leur concours aux services de Police  et de Gendarmerie lorsqu’ils auront  découvert  ou  suspecté  des  objets  ou  des  personnes  détentrices d’objets pouvant être utilisés pour commettre un acte d’intervention illicite.


Le CSA dans son rôle de consultant ne saurait se substituer à l'Autorité de Sûreté ni lui imposer des décisions. Il donne à l'Autorité de Sûreté des avis susceptibles de lui permettre de prendre en toute indépendance des décisions adéquates pour  entre autres, faire face à toutes les formes de menaces contre l’aviation civile.

2- Le comité opérationnel de sûreté et de facilitation d'aéroport (COSA)


Il a pour mission d'assurer, au jour le jour, le suivi des activités opérationnelles de sûreté de tous les acteurs de la plate forme et d'apporter des solutions immédiates aux problèmes ponctuels de sûreté et de facilitation rencontrés sur ledit aéroport.
Le COSA comprend toutes les parties prenantes ayant des responsabilités de mise en œuvre des mesures de sûreté sur la plate forme aéroportuaire tel que présenté plus haut.

Le CSA se réunit au moins quatre (04) fois par an et aussi souvent sur convocation de son président alors que le COSA se réunit une (01) fois par mois et aussi souvent que possible sur convocation de son président.

 

Nombre de visiteurs :

Aujourd'hui 8
Hier 19
Semaine 82
Mois 261
Tout 7626