Dimanche 22 octobre 2017, 19:04:01
Dimanche 22 octobre 2017, 19:04:01
Dimanche 22 octobre 2017, 19:04:01

Ce mercredi 21 décembre 2016, a eu lieu à l’aéroport de Lomé, un exercice de gestion de crise dénommé Expart 2016 à cause de son caractère partiel, car la réglementation de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) recommande que l’on organise un exercice partiel en dehors des exercices généraux.

Cet exercice a eu pour objectifs, sur fond de prise d'otages, de tester les délais de mise en place de différentes entités telles que la cellule opérationnelle de crise (COC), l’équipe de gestion de crise (EGC), l’équipe de négociation d’otages (ENO), l’équipe d’intervention armée (EIA), etc.

Pour la résolution de la prise d’otages décrite dans le scénario, l’EGC a fait usage de deux outils : la négociation dans un premier temps et dans un second, l’intervention armée pour neutraliser les preneurs d’otage en vue de la libération des passagers et personnes pris en otage.

La participation de l’ASAIGE, en tant qu’organe de coordination dans la mise en œuvre des mesures et consignes de sûreté sur l'aéroport de Lomé, a été remarquable à travers la présence effective du Coordonnateur de l’ASAIGE au sein de la COC et ses différents services opérationnels de gendarmerie, de police, d’immigration, d’artificiers sur le terrain.

Ces derniers ont assuré la tenue et la sécurisation des points d’accès, du lieu de l’incident d’une part et d’autre part la gestion des personnes et passagers.

Au cours du débriefing à chaud qui a marqué la fin de l’exercice, le Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, le colonel MAKOUYA Balikou, qui représentait à l’occasion, le Chef d’Etat-major Général a salué l’initiative des autorités aéroportuaires qui vise à la fois à répondre aux exigences réglementaires de l’OACI et à se préparer pour faire efficacement face aux situations de crise. Il a félicité tous les participants pour leur réactivité et n’a pas manqué de relever l’importance des exercices de ce genre pour mieux affiner la stratégie de riposte aux actes d’intervention illicites. Pour ce faire, il a lancé un appel à tous les acteurs impliqués dans la gestion de crise pour corriger les éventuels manquements.

Précisons que Expart 2016 qui avait pour finalité de corriger les dysfonctionnements relevés en 2013 lors de l’exercice Sotou 2013, a connu la participation des acteurs-clés qui sont l'ANAC-TOGO, la SALT, l'ASECNA et de la ST Handling, etc.

Pour rester dans les normes, un exercice général est prévu pour l’année prochaine et devra prendre en compte tous les aspects en la matière.

 

Nombre de visiteurs :

Aujourd'hui 8
Hier 19
Semaine 82
Mois 261
Tout 7626